Tous les articles par L'équipe de lecompost.info

Le recyclage : parlons juste !

Voici message d’un internaute attentif ! NOS REPONSES EN DESSOUS

Le recyclage : parlons juste –
1) problème né de la surconsommation
2) la cause des causes : la lobotomisation des citoyens (désormais consommateurs)
3) à qui profite le crime ? : les 3% de riches qui tirent les ficelles du système néo-libéral
4) l’ arme du crime : la pub, le marketting et la complicité de l’administration (circonstance aggravante)
5) l’injustice : faire supporter aux collectivités les coûts et conséquences de l’incurie de certains
6) remède 1 : changer les mentalités et notamment celle des sociétés commerciales à qui on doit faire comprendre l’intérêt (aussi financier) de boucler au plus court les circuits de production en en maîtrisant les différents stades – le boycott
7) remède 2 : créer des activités de recyclage où bon nombre de personnes pourraient retrouver une raison de vivre en faisant quelque chose d’utile
8) remède 3 : commencer par soi-même en modifiant notre façon de penser notre vie. Acheter moins et faire plus soi-même, et avec d’autres.
9) remède 4 : partager généreusement entre personnes de bon sens et de bonne volonté les expériences, les savoir-faire en échangeant plus qu’en achetant …

Ces liste n’est pas exhaustive et non ordonnée par ordre d’importance.

NOTRE REPONSE EN GRAS

Le recyclage : parlons juste –
1) problème né de la surconsommation
=> Oui, avant tout étant dégradé logiquement dans le jardin sans y penser

2) la cause des causes : la lobotomisation des citoyens (désormais consommateurs)
=> Oui, et pas que pour le compostage !

3) à qui profite le crime ? : les 3% de riches qui tirent les ficelles du système néo-libéral
=> Et encore, ils respirent le même air donc vont crever comme nous

4) l’ arme du crime : la pub, le marketting et la complicité de l’administration (circonstance aggravante)
5) l’injustice : faire supporter aux collectivités les coûts et conséquences de l’incurie de certains
=> Parfaitement, cela devrait être l’affaire de chacun, alors que là on se lave les mains en utilisant des structures publiques ou privées (vivendi etc)

6) remède 1 : changer les mentalités et notamment celle des sociétés commerciales à qui on doit faire comprendre l’intérêt (aussi financier) de boucler au plus court les circuits de production en en maîtrisant les différents stades – le boycott
=> Changer les mentalités : non trop dur, trop long, trop chiant
=> le boycott : oui pour nous qui voulons vivre
=> solution: partir en campagne et laisser croupir tout ça

7) remède 2 : créer des activités de recyclage où bon nombre de personnes pourraient retrouver une raison de vivre en faisant quelque chose d’utile
=> Mais les gens ne veulent pas retrouver une raison de vivre, autrement ils le feraient !
=> Ne pas confondre « gens autonomes ou quasi » et « moutons déjà tondus »

8) remède 3 : commencer par soi-même en modifiant notre façon de penser notre vie. Acheter moins et faire plus soi-même, et avec d’autres.
=> yes, tendre dans tous les domaines à l’autonomie

9) remède 4 : partager généreusement entre personnes de bon sens et de bonne volonté les expériences, les savoir-faire en échangeant plus qu’en achetant …
=> yes, excellent, voici des initiatives : http://savoie-recup.fr/, compost-en-or.fr, dijon-recup.fr

Ces liste n’est pas exhaustive et non ordonnée par ordre d’importance.

Papier et le carton mouillés peuvent être considérés comme des déchets « brun » pour le compost…

Bonjour,
Je voulais savoir si le papier et le carton mouillés peuvent être considéré comme des déchets « brun » pour le composte… ça m’arrangerais, car je débute mon composte au printemps, et je n’ai vraiment pas grand chose de mon jardin à mettre comme dechet brun pour équilibrer les déchets verts … Même question pour la tonte de pelouse : si je la fait bien secher, peut elle devenir « déchet brun » ?
Merci d’avance.
« Signé le Le Con qui Poste 🙂 »

Réponse:

Oui, vous pouvez tout à fait les utiliser pour votre compost. Tout papier qui se déchire est d’une utilisation « brune », mais pas les tontes de pelouse qui serait plutôt du déchet dit « vert ».

Les papiers

En quantité de papier, on peut y aller, c’est comme la farine quand on fait un gateau : « on en met tant que ça prend« . On le voit très vite quand ça prend plus : le papier reste sec. La alors il faut en mettre moins ou alors de la matière humide pour conserver ce fameux équilibre humique.

confidentiel2-250

La pelouse

la pelouse est « fourbe » car elle n’est ni vraiment humide, ni vraiment seche. La solution est de l’incorporer progressivement dans son compost en tas, sans en mettre trop. La encore le compostage fait appel à un élément fondamental : le bon sens.

CONCLUSION : L’EQUILIBRE

Le compostage est l’art du bon sens dans la gestion de ses déchets et l’équilibre pour optimiser sa dégradation en terre fertile. N’avez vous jamais remarquez l’équilibre parfait de la nature ? Le compost tend à cela : être équilibré en humidité, en animaux, en azote, en chaleur pour favoriser  la vie

 

Peut-on composter son ordinateur ?

Les objets informatiques, et plus largement électronique, sont des objets qui contiennent des métaux lourds, des plastiques (pétrole), des minerais (platine, or, aluminium, silice) et d’autres éléments peu connus par la science (qui les manipulent pourtant !)

La question qui se pose à nos c’est si, oui ou non, on peut et on doit composter son ordinateur ?

La réponse n’est pas si évident car elle englobe un large spectre de compétences que peu de gens ont. Cependant l’équipe du site tient à vous annoncer qu’elle est, à défaut d’être compétente, muni du bon sens… que beaucoup de techniciens et d’ingénieurs n’arrivent pas à acheter à l’université.

L’équipe va faire appel au principe du compostage total qui dit : « Le compostage d’un déchet ne peut mieux se faire que par la nature » autrement dit ce que l’homme veut défaire, il le fera toujours plus mal que la nature.

Surtout faire preuve de bon sens

La question qu’on doit ABSOLUMENT SE POSER, c’est ou laisser son ordinateur ? Il apparaît clairement que la déchetterie et l’incinération, et le tri des déchets n’est pas une solution pour l’homme. Pourquoi ? Parce qu’il faut prendre en compte toutes les énergies utilisées, matériaux, etc… pour savoir si le tri est bénéfique, ce que nous ne faisons jamais !

000577

il faut prendre en compte toutes les énergies utilisées, matériaux, etc… pour savoir si le tri que nous faisons actuellement est bénéfique, ce que nous ne faisons jamais !

En effet, personne ne compte l’essence que met Maurice pour aller au centre de tri, soit 32km 2x par jour ! Rien que par ce calcule, on arrive à près de 300L d’essence pour la seule voiture de Maurice pour qu’il aille démanteler des PC qui repartirons en Inde ou en Ukraine.

CONCLUSION : Bref, personne ne fait l’effort de calculer l’énergie grise du tri des déchets.

La vraie solution : le compostage partielle des ordinateurs

En fait on peut, avait de composter, détourner l’utilisation initiale de l’objet. Par exemple on peut faire un pot de fleurs avec l’écran de l’ordinateur, ce qui aura pour effet de ralentir le compostage de 100 ans à 100 000 ans si l’humidité ne dépasse jamais 70%

Là est la solution : dans la réutilisation des objets jusqu’à utilisation de tous les bidules qui le composent en « compostage lent » ou  plus communément appelé « objets d’intérieur »

Comme quoi… le compostage a encore de l’avenir !

 

 

Le bon sens c’est de composter simplement

Lecompost.info vient de labellisé un restaurant 100% composteur. Le nom de l’heureux gagnant est Le Biarrizt Resto. En effet, ce restaurant collectif a attiré notre attention étant donné son action parfaite, avec un compostage des déchets alimentaires, des papiers et la pratique des toillettes sèches. Voici les quantités compostées en un an :

Le Biarritz Resto composte :
– Les déchets alimentaires (2.5 tonnes/an)
– Les déchets papiers/cartons (0.3 tonnes/an)
– Les matières fécales par toilette sèche (3 tonnes/an)

Nous vous conseillons fortement d’aller voir leur site internet.

Techniques de compostage des déchets de toilettes sèches

techniques

L’écueil principal pour ceux souhaitant avoir ses toilettes sèches à la maison (ou même en appartement) est d’avoir un endroit où composter ses déchets. Cependant, s’il est bien géré et qu’il y a un bon équilibre entre la matière fécale et la sciure, cela n’est pas plus compliqué que de composter des déchets organiques de cuisine.

La nature a toujours su gérer les matières fécales des mammifères

Le compostage en tas/bac

techniques (4)

Il est tout à fait possible de composter ses déchets de toilettes sèches à l’image d’un compostage traditionnel. Tant que l’on veille à un bon équilibre entre matières sèches et humide, la transformation en compost se fait tout naturellement.

La différence majeure entre les deux formes de compostage provient du fait que la décomposition des matières fécales est ANAÉROBIE, ce qui signifie qu’elle se fait en l’absence d’oxygène. Il est donc indispensable de COUVRIR le tas afin de faciliter la décomposition.

techniques (1)

En station d’épuration, la technique est la même sauf qu’au lieu d’être sèche, elle se fait dans un milieu liquide, confiné et avec une gestion stricte de la température ce qui permet d’avoir des rendements optimaux. Gros inconvénient pourtant : cette technique consomme beaucoup d’énergie et d’eau (10L par chasse d’eau !).

Le compostage par épandage.

techniques (5)

Sans doute la meilleure technique pour composter ses déchets de toilettes sèches, celle ci consiste à répartir ses contenus de seau dans la nature, en petite quantité, afin de permettre une assimilation rapide par les plantes.

*Au jardin*
Dans un jardin potager, la matière peut être épandu sur une terre qui ne sera pas cultivée avant quelques mois. Elle peut être répartie autour d’arbres fruitiers ou de buissons.

*En ville*
Dans des espaces à forte densité humaines, le mieux est de vider ses seaux aux pieds de buissons ou de haies touffues, loin de lieux où les gens peuvent s’asseoir. Certains parcs publics assez grands peuvent ainsi servir de lieux de dépôt.

techniques (3)

*En forêt*
En habitant près d’une forêt, vous êtes assurés de trouver de nombreux endroit pour épandre vos matières organiques. Les arbres sont friands de ce type d’apport : vous pouvez répandre vos matières à leurs pieds, quitte à recouvrir d’un peu de feuille pour assurer une bonne décomposition.

Gérer les odeurs

techniques (2)

Attention un seau contenant des matières issues de toilettes sèches ne DOIT PAS avoir une forte odeur.  Si c’était le cas, il vous faudrait ajouter de plus grandes quantités de sciure lors de chaque passage aux toilettes.

Souvent, quand la quantité d’urine est trop importante, une odeur peut apparaître. Nous vous conseillons de séparer urine et déjections.

Sachez notamment que l’urine est un très bon activateur de compost!

Composter ses papiers confidentiels

confidentiel-250  Faites vous encore confiance aux poubelles ou aux employés préposés à la déchiqueteuse pour détruire vos papiers confidentiels?
Avez vous quelques scrupules à incinérer du papier alors que des micro organismes pourraient en profiter ?

Cette page est pour vous.

Papier dans le compost : dégradation à 100%

 

confidentiel2-250Plus son épaisseur est petite, plus un papier ou un carton non plastifié se dégradera rapidement dans le compost. On considère que deux semaines suffisent à rendre indiscernable le papier dans un tas de compost bien entretenu et alimenté.

De plus, le papier est la compensation idéale aux matières organiques plus humides mis régulièrement dans le tas de compost. Et lui, contrairement aux broyats de branches, ne laissera pas de gros morceaux de bois dans le compost une fois arrivée à maturité !

Facturettes jusqu’à papier A0, tant qu’ils sont bien découpés, sont totalement biodégradables !

Frein au compostage : l’encre

confidentiel3-250Ce qui rendait impossible le compostage du papier, c’était la forte teneur en matières toxiques inclues dans les encres des précédentes générations. Nos ancêtres ne faisaient pas dans la demi mesure; Pour eux, pour qu’un papier soit valable, il fallait qu’il soit imprimé dans une encre indélébile.

De nos jours, l’utilisation de papier est telle que la dégradabilité de l’encre est devenue indispensable. Pour que disparaissent les données désuètes le plus rapidement possible.

Sauf indications spéciales, l’encre usuelle est désormais sans danger pour le compost.

Déchiré vaut mieux qu’entier!

Une fois le compostage entré dans vos moeurs, ne changez pas vos habitudes pour autant. Un papier est d’autant plus dégradable qu’il se trouve en petits morceaux dans le compost.

L’humidité, la faune et l’accumulation de matières organiques autour des papiers rendra les espions particulièrement frileux quand il s’agira de récupérer vos données confidentielles…!

Les bacs à compost, néfastes pour le compostage ?

dangerbac (4)     « De tous temps, les hommes ont compostés en tas ».

Cette phrase qui a déjà été répété plusieurs fois sur ce site internet, parle d’elle même. L’expérience nous dit qu’un tas de matières organiques, quelque soient les conditions climatiques, finit toujours par se décomposer et donner  l’humus inodore et fertilisant qu’on appelle la terre.

Qu’en est-il du bac  ? Est ce véritablement un accélérateur de décomposition comme on le prétend ou son rôle se réduit t-il a esthétiser le compostage ?

Délimiter le tas de compost

dangerbacA l’origine, les planches disposées autour du tas de matières organiques servaient à délimiter le tas, l’empêchant de trop empiéter sur les plates bandes cultivées.  Cet esthétisme était évidemment très marginal.

Pourquoi empêcher des matières fertilisantes d’entrer en contact avec des fruits et légumes avides de vitamines ?

Ce serait un peu comme couvrir les escargots d’un parapluie pour les empêcher d’avoir « trop » d’eau.

Une mode plutôt qu’une réelle efficacité

dangerbac (5)En fait, les concepteurs des bacs à compost n’ont eu qu’à exploiter les désaccords entre pro-délimitation et les anti pour exploiter le marché du bac. Les scientifiques qui ont prétendus que le bac permettait une meilleure efficacité de décomposition n’étaient que des sous traitants rémunérés pour vendre au mieux le produit.

Depuis, nous voilà assailli de proposition de bacs de divers formes, de divers provenances et de divers couleurs  à des fins exclusivement commerciales.

Le bac, un danger pour la biodiversité ?

dangerbac (2)Sans être alarmiste, on sait désormais que les bacs sont des écueils au compostage urbain. Ils empêchent la faune usuelle de se développer de manière optimale en compressant les matières organiques dans un volume restreint, en réduisant les surfaces de contact entre matières et les éléments (pluie, soleil, terre, vent) et en limitant les populations de macro et micro organismes par manque de place.

Les bacs sont en réalité tout sauf pratiques.

Les publicités ont beaucoup vantés leur intégration parfaite dans les jardins. En réalité, on estime que plus de 77% des bacs à compost vont être confrontés à des problèmes d’humidité (ou de sécheresse) et cela monte à 84% concernant les problèmes d’odeurs !

Évidemment, comment pouvez évaluer l’humidification d’un amas de matières organiques en ne voyant que la surface ??

Les tas, une solution miracle.

dangerbac (1)Au final, la solution du tas s’offre tout naturellement. C’est un excellent moyen d’avoir une vision de la décomposition de ses matières organiques en temps réel, il est extrêmement facile de remuer les matières pour éviter les odeurs, la faune vit et se multiplie dans les limites fixées par la nature.

Et pour l’esthétique, il suffit de rajouter une toile plus ou moins perméable !

Rire du bac avec Compost en Or

Dans la lignée des questions réponses proposées par l’association chambérienne Compost en Or, nous vous proposons deux vidéos ayant attrait aux bacs à compost. Au final, il vaut mieux en rire !!

Fabriquer son bac, est ce vraiment utile ?


Questions Réponses – Fabriquer un bac, c’est… par compost-en-or

 Ayez les armes pour lutter contre Gillou, promoteur du bac à compost !


L’équipe de Compost en Or versus Gillou-le-bac… par compost-en-or

Huiles, graisses, corps gras assimilables par le compost ?

    huile1 Un reste de salade, un surplus de vinaigrette, une fin de friture, un essuie tout imbibé d’huile, des plats un peu plus huileux que d’habitude et nous voilà face à un dilemme quasi insurmontable : faut il les composter ?

La question reste évidemment toujours la même : d’où vient cette huile ? Est ce une huile végétale? Une graisse naturelle ? ou un produit issu de manipulations synthétiques ?

Composter les huiles végétales alimentaires.

Concrètement, tout huile alimentaire est compostable.

huile2Oui, j’ai bien écrit « toute ». Et cela, quelque soit le traitement qu’elle est subie. Qu’elle ait été utilisée en l’état, bouillie, frite, mélangée à divers vinaigres ou autres épices ou piment, l’huile peut être directement versée sur le compost, comme si c’était de l’eau.

N’ayez aucun scrupule à arroser un tas de compost avec de l’huile de friture, de l’huile de tournesol, d’olive, de soja, de noix, de colza, et même de palme !

Attention, veillez à bien laisser refroidir les huiles avant de les incorporer !!

Nourrir le compost avec ces huiles

huile4Pour incorporer les huiles dans un tas de compost, 3 étapes :

  • Laissez refroidir l’huile
  • Verser l’huile en cercle concentrique pour bien répartir le liquide
  • Laisser reposer un peu avant de retourner le tas.

En pratique, il est possible de verser de manière hebdomadaire 10L d’huile sur un tas d’1 mètre cube!

« Il pleut de l’huile ! »

huile3-250Vous êtes devant votre compost, la bouteille d’huile à la main. Vous n’osez pas verser, le doute vous assaille encore une fois… Ne vais je pas noyer tout mes micro organismes dans une « marée noire jaunâtre » ? Et puis vous vous imaginez sous la pluie : l’eau coule le long de votre corps, si vous êtes trempé, vous n’avez qu’à vous laisser sécher et tout ira bien. Et bien c’est pareil pour les micro organismes !

L’huile va s’écouler à l’intérieur du tas de compost et laisser une fine pellicule le long des matières sur lesquelles elle glissera. Au final, elle va se diluer par elle même grâce au pouvoir de la gravité. Les organismes du compost finiront le travail en la consommant progressivement.

Imaginez juste vous faire masser avec de l’huile bouillante et vous verrez l’effet que ça peut faire à la faune du compost !

Autres huiles à composter

huile5D’autres huiles non alimentaires (ou des huiles entrant dans la composition de produits ou présents sur des mouchoirs, des essuies tout…) sont également compostables. Par exemple, les huiles essentielles, les huiles de massage naturelles, etc.

Corps gras à ne pas composter.

huile7Encore une fois, imaginez que votre compost va servir à des plantations. Mangeriez vous des légumes qui ont poussés dans une terre fermentée à l’huile de vidange, à une huile combustible ou carburant ?

Non, bien sûr. De même que toute graisse synthétique ou, globalement, ayant été utilisée pour faire de la mécanique automobile ou industrielle.

Les composts ne sont pas vraiment amis avec les résidus issus de la mécanique !

Les produits d’entretien, dangereux pour le compost ?

  entretien2-300  Les produits d’entretien sont partout dans nos maisons. Ce sont d’ailleurs les aides les plus précieuses pour lutter contre les projections organiques, les pieds sales et la vaisselle à laver. On les dit dangereux pour les enfants, corrosifs pour les mains mais parfaitement efficace contre les taches difficiles.

Que faut il en penser quand il s’agit du compostage ? Peut on en toute liberté déverser des résidus liquides dans le seau à compost ? Peut on laver le seau avec n’importe quel produit ? Est ce dangereux de jeter un fruit/légume qui aurait été en contact avec un de ces produits ?

De quoi est composé le produit d’entretien en question ?

entretien1-300La question principale à se poser est bien sûr si le produit que l’on utilise est d’origine complètement naturel (savon de marseille, vinaigre, bicarbonate de soude, huiles essentielles, marc de café...), ou synthétique (la plupart des produits vaisselles, la lessive..).

Pour cela, consultez la liste des composantes du produit : s’il font mention d’agents de synthèses, de tensioactifs (agents nettoyants synthétiques), d’agents blanchissants ou encore d’agents azurants, ce sont des produits synthétiques.

Nous n’allons pas diaboliser ici les agents synthétiques, cependant le fait est que l’on ne connait pas bien le comportement de tels agents dans la Nature. Il est donc fortement conseillé de ne pas les mélanger directement au compost.

Comment laver son seau à compost ?

karcher-300Un bac à compost, en contact permanent avec des déchets organiques se salit forcément. Il ne faut pourtant pas le laver à l’eau de Javel (qui est pourtant un produit ‘naturel’ mais est avant tout un BIOCIDE, un tueur de vie, ce qui le rend incompatible avec le compost)ou à un quelconque produit d’entretien synthétique.

Le mieux est de le saturer de feuilles, de branchages ou carrément de terre. Avec un bâton ou un quelconque outil, frotter les parois du seau pour décrocher les matières organiques. En vidant le seau, vous enlèverez la plupart des éléments inesthétiques.

Au pire, laver le abondamment à l’eau de pluie.

Mon seau à compost sent mauvais, un produit d’entretien à privilégier ?

couvercle seau-300Le mieux, c’est pas de produit du tout ! Les odeurs ne sont pas agressives (et sont facilement isolées en mettant un couvercle à votre seau à compost) mais peuvent gêner si vous laissez votre seau ouvert pendant que vous cuisinez.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  •  Le marc de café directement dans le seau (encore faut il en avoir)
  • L’huile essentielle (mais cela revient à commencer une guerre d’odeur)
  • Ajouter du papier en quantité pour créer une couche systématique isolante dans le seau
  • Y mettre des pelures de fruits qui sentent fort (citron, mandarine, oranges…)

Est il dangereux de verser des épluchures lavées à l’eau de vaisselle ?

leg-300La question serait plus pertinente si l’on s’inquiétait plutôt pour celui qui a lavé la vaisselle ! Concrètement, si le liquide vaisselle n’est pas dangereux pour l’utilisateur, il ne l’est pas pour le compost. Tout est histoire de concentration.

Le compost supporte les produits synthétiques ou agressifs pour la vie à doses homéopathiques ! Le tout est de ne pas abuser!

 

Entre poubelles et composteurs, la guerre des nuisances !

 COMPOST TAS - bon pasteur2-1200-300On parle « Compostage » et tout de suite les plus engagés montent au créneau :

« Mais le compost, ça pue !! Et les mouches, en été, n’en parlons même pas !! »

Mais parlons nous vraiment de la même chose ? N’est ce pas plutôt les sacs poubelles des particuliers qui émettent une odeur affreuse et empuantissent les aires à poubelles collectives ?

Le compostage, ça pue ?

incierables-300Le compostage est un procédé de dégradation de matières organiques, le plus souvent sous forme d’un tas couvert et loin des regards. Sauf si l’on si intéresse de près, que l’on s’approche, que l’on soulève la bâche qui le recouvre et qu’on le remue alors, seulement là, on risque de sentir une odeur particulièrement prenante.

Mais le répèterons nous assez ?

Si un compost pue ou qu’il attire les mouches c’est qu’il est MAL entretenu.

C’est donc complètement ridicule de parler du compostage en terme d’odeur : c’est parler d’un concept en ne considérant que ses problèmes.

Et les sacs poubelles alors ?

POUBELLES pleines-300Les détracteurs du compostage sont forcément des adeptes de l’incinération aveugle via des sacs poubelles. Ceux là même qui jettent leur sacs poubelles, à la fin de la semaine, parce que… leur sac est plein et qu’il sent mauvais dans la cuisine…

C’est vrai, on ne se plaint jamais d’aller jeter ses ordures ménagères dans une aire à poubelle qui PUE.

Pourtant,  c’est sûrement pire d’aller jeter ses déchets dans un endroit qui sentira mauvais de toute façon quoique l’on fasse.

Qu’est ce qui sent mauvais dans un sac poubelle ?

POUBELLE - organique3-1200-600La réponse est évidente. Ce qui sent mauvais, c’est la dégradation non contrôlée de matières organiques PLASTIFIEES au lieu d’être COMPOSTEES naturellement. En fait, on s’imagine en jetant tout dans un sac poubelle que l’on a résolu le problèmes de nos déchets organiques, ce qui est totalement erroné.

Jeter ses déchets organiques en sa poubelle, c’est emballer provisoirement des déchets pour qu’ils soient incinérés plus tard, beaucoup plus tard.

C’est donc également incohérent de comparer le compostage, qui est un système de traitement des déchets avec la mise des déchets en poubelle qui n’est qu’un moyen pour l’habitant de s’en débarrasser.

L’incinération, l’ANTI solution.

incinerateur-300Au final, ce qu’il faudrait comparer, c’est le compostage et l’incinération. Oui, il est facile de critiquer le compostage quand on peut le voir, évaluer ses avantages et ses défauts.

Mais l’incinération ? Que faire contre une gigantesque machine dévoreuse de 120 000 tonnes de déchets et émettant des quantité inimaginables de particules, dioxines, gaz toxiques… ?

Ne pas l’alimenter en matières organiques ! Et c’est en compostant qu’on y arrivera !