Les bacs à compost, inutiles et polluants

Qui n’a pas remarqué ces bacs à compost qui fleurissent au fond de nos jardins ? Ils sont pourtant de plus en plus nombreux à pousser, tels des champignons après une journée printanière pluvieuse. Est-ce rassurant pour autant ? C’est ce que nous allons voir…

La technique qui a tout saboté

bac1On ne le pépètera jamais assez, le compost ne date pas de l’invention du bac à compost. Le compost est une technique vieille comme l’humain, voire même d’avant. Cependant on entend dire ça et là que le renouveau serait apparu avec la mise en vente de « bac » sans les années 1990. On nous annonce même que ça serait la seule technique pour composter ses déchets de cuisine (restes de midi, trognon de pomme), son herbe de tonte ou encore les branchages que donne le tilleul.

Seule technique ?? Non, surement pas. C’est la technique qu’on nous vend comme la plus adéquat et la plus répandue pour composter. Mais ces bacs cachent autre chose : la misère de la propriété terrienne. Jadis, le compostage en tas, sauvage et anarchique étaient répandus à hauteur de 80% de la population. On est loin des 20% d’aujourd’hui. Pourquoi en sommes-nous si loin ? Car on nous interdit nombre d’alternative bien plus intéressantes.

Plastique je t’aime, bois traité aussi

Je ne sais pas comment est-ce qu’on arrive, sans rougir, à vendre tant de bac en plastique. Le compostage se veut un droit de l’homme, quelquechose que l’on fait depuis la nuit des temps et cela instinctivement. Comment tant de bétises pour arriver à l’utilisation de plastique polluant à l’extraction des matières premières, à la fabrication et au transport (puis au recyclage…). C’est quand même fou, vous ne trouvez pas ? Fou de devoir dépendre de plastique ou de bois traité qui ont fait 500km voir bien plus. Renseignez vous, mes petits, sur tous ces bacs écolos et faites moi un rapport honnête et sincère de la situation.

polluant à l’extraction des matières premières, à la fabrication et au transport (puis au recyclage…)

La complexité en plus

Le pire, dans l’installation des bacs et leur « utilisation » c’est la complexité qui en découle. Nous trouvons et nous alarmons la pollulation quant à toutes ces règles, intelligentes certes dans quelques cas isolés, mais néanmoins contraignantes et qui poussent nombre de citoyen à arrêter le compostage. Cette complexité tue le renouveau de la terre. Il y a beaucoup trop de règles, de contraintes et de lois alors qu’on ne fait que composter.

Un bac à un volume prédéfini, une certaine aération, un accès limité aux animaux sauvages… Un bac ? que dis-je… souvent c’est 3 ou 4 bacs qu’on voit alignés. Et puis faire un compost en bac, ça pose une norme et une règle intrinsèque : « Le compostage se fait en bac donc on ne peut pas composter sans bac ». Quelle tristesse ! Redonnons de l’air à nos déchets, c’est 100% prouvé que ça retourne à la terre.

Cette complexité tue le renouveau de la terre

La honte du jardin

bac2Faire un jardin, c’est s’occuper de la terre pour qu’elle nous donne fruits et légumes. J’entends souvent les gens qui refusent d’y incorporer des produits chimiques et dévastateurs. C’est très bien ! Mais alors pourquoi gâcher tout ce beau travail par un bac à compost en plastique ? Le potager n’en a pas besoin. Il a besoin de petites zones de compostage en tas. Rien de plus.

Le conseil : incorporer les déchets à la terre

bac3Nous avons reçu des témoignages de personnes qui n’aiment pas la vue des déchets dans leur potager. J’avoue que voir tronner une peau de banane n’est pas glorieux. La solution est de saisir fourche-bêche et d’incorporer les déchets à la terre. Un petit tas de terre par dessus les déchets et hop, le tour est joué. Les petits animaux (taupes, sangliers…), champignons, de bactéries et vers de terres, tout la faune environnante se chargera de recycler tout ce qu’on leur donne à la perfection . On appelle cela la « respiration de la terre ». De quoi s’intéresser au compost en tas…

Commentaires

de Bertrand
Tout à fait d’accord, je dispose d’un bac en bois fait maison avec du bois non traité car avec un potager essentiellement en carré, les tas ne sont pas faciles à faire, mais effectivement, ces tonnes de plastiques et de bois voyageur commercialisées pour le recyclage relève d’une parfaite absurdité, mais le business n’est pas à une absurdité près? La preuve par le 1er commentaire.


de Hugues
il y a encore beaucoup de choses à dire sur les bacs à compost, ,notamment leurs compositions, leurs durée de vie, leur biodégradabilité.., merci de complèter..


de Jenkid
Félicitation pour la création de votre site, je vous suis oculairement dans votre démarche !


de JeanP
Bonjour, vous êtes vraiment critique et les solutions que vous apportez sonu dignes du moyen-age. Nous sommes au 21è siècle. Il faut évoluer.

83 réflexions au sujet de « Les bacs à compost, inutiles et polluants »

  1. Merci beaucoup pour vos informations. Je vais opté pour cette solution sans hésité car elle fait plein de sens. Por commenter Jean P. quand on regarde la condition de la planète, on se demande qui du moyen age ou de 21 siecle ont le sens de l’observation le plus élevé.

    1. Et oui, on a l’impression d’avoir de la m***** dans les yeux actuellement, alors qu’on se croit les plus évolués…
      Bon compostage libre !

      1. Ce qu il faut savoir c est qu a la campagne avec des voisins a dache ya pas de lezard. Par contre en ville pour les voisins rien que la vue du tas te fais bouffer des prunes sans avoir le prunier

        1. C’est justement le petit bémol que j’ai ressenti en lisant cet article. Car je trouve en effet la réflexion très pertinente sur l’incohérence entre l’écolo et le business de l’écolo. Mais je suis moi-même en ville, dans un jardin tout en longueur et tout entouré de voisins. Je cherche une solution qui soit confortable pour tout le monde car la vue et l’odeur dégagée par un tas de déchêts en putréfaction ne sont pas toujours très agréables, en particulier par les fortes chaleurs (j’en fais l’expérience car mon voisin a choisi cette option, et son compost n’est que tout petit mais le fumet, lui, est costaud). L’idée du compost en tas est tout-à-fait adapté à un grand jardin où l’on peut consacrer un petit coin pour ça, même discret derrière un arbre. Mais dans un petit jardin, et en ville c’est souvent ça, on fait comment sans bac? J’aime bien l’idée d’incorporer à la terre mais cela ne nous contraint-il pas à étaler sur une plus grande surface le compost? Et du coup, si ces questions nous ramènent à l’emploi d’un composteur, que faut-il choisir pour ne pas tomber dans le piège ici dénoncé?
          Merci de vos réflexions contructives.

    2. vous avez raison, aujourd’hui évolution rime avec business, tout est fait dans cet optique,
      je suis d’accord sur le fait que nos pères,vis à vis de la nature, étaient beaucoup plus respectueux de notre planète.

  2. bonne idée, comme tout ce qui est libre ou naturel, mais dans un petit jardin, le bac reste la solution la plus pratique (palette ou bois non traité), car on peut le cacher alors que le tas peut prendre de la place et surtout pas forcément la possibilité de la cacher

  3. Très chouette votre site! Je fais un tas avec déchets de jardin, épluchures de legumes etc, franchement j’ignorais que c’était une méthode orthodoxe, là je me sens plus à l’aise. Vos propos sur les bacs en plastique sont percutants, je me suis souvent trouvée devant ces bacs et n’en ai jamais acheté, car en plus c’est très laid. Pour le compost sous la neige, c’est vrai, cela ne pose aucun problème… On entasse, c’est tout… mon problème est que ce tas est devenu un peu haut. Je prends bien du substrat par en-dessous, mais il reste encore fort haut… Du coup, on en entamme un deuxième (on a la chance d’avoir un petit bois à côté de ma maison 🙂 ). Bien à vous

  4. Article intéressant, c’est en effet une solution à laquelle je n’avais pas pensé pour les déchets de cuisine. Je continue cependant ma recherche de bac à compost (en bois non traité!) car votre technique a ses limites, celles du recyclage des matières de toilettes sèches.

  5. j’aimerais bien faire du compost directement ds la terre, mais elle est infestée de fourmis et pas des moindres, petites, grosses, comment faire pour les éloigner ?

    1. Bonjour Yolande,
      Les fourmis se déplaceront d’elles même ne t’en fait pas.
      Elles iront même « manger » dans ton compost.
      C’est une chance, ne t’inquiète pas.
      Bon compost
      Jérémy

  6. Sans compter que pour obtenir une élevation de température intéressante (cuisson des semis advantices), un compostage d’1 m cube serait idéal. Et ces bacs ne sont jamais assez grands.

  7. Salut. Je suis ravi de tomber sur votre site. J’avoue que j’ai aussi un de ces bacs en plastique au fond de mon jardin depuis 2 ans. Avant, je disposais les pelures et autres déchets organiques directement sur la terre. Je les dissimulais avec une plaque de béton. C’était génial, je voyais souvent des scarabées et autres bestioles s’adonner à la tâche de recyclage. Mais comme ma solution ne me permettait pas de tasser un gros volume, j’ai bêtement opté pour le fameux bac en plastique. Depuis, je dois dire que le composte n’est plus le même. Je pense, sans en être certain, que le plastique, exposé au soleil émet des émanations qui sont nocives pour les petites bêtes. Alors, oui, si c’est ça, ça rajouterait une raison de plus pour défendre votre cause.

  8. J’ai bien lu vos conseils et au risque de vous décevoir j’ai tout de même opter pour un bac à compost. Évidemment, je connaissais les tas de compost libre mais j’ai un minuscule jardin donc impossible de se livrer à ce genre de compostage. De plus mon chien mange tout et n’importe quoi donc on a préféré s’éviter le vétérinaire régulièrement … et évidemment, les tas, le chien il les étale partout, donc absolument impossible.

    J’avais choisi l’option composteur en bois non traité … mais visiblement il faut avoir les moyens pour prendre soin de la planète. Je me suis donc rabattue sur les composteurs mis gratuitement à disposition par ma ville. Ils sont en plastique, alors c’est vrai que c’est déplorable mais je pense qu’on ne peut pas faire de l’extrémisme vert car à force de tout pointer du doigt on fini par dégouter ceux qui veulent bien faire. Quand on achète des plats préparés : c’est pas bien car malsains et fait on ne sait où … donc on achète du fait en France … mais c’est toujours malsain et scandaleux … donc on achète nos légumes pour cuisiner sains … mais on sait très bien qu’on commet un crime écologique et social …. donc achète des légumes bio … ah oui mais non car si c’est importé de trop loin c’est pas mieux … donc on achète du bio local (au final je peux me payer 1kg de pomme par mois en appliquant cette méthode) … ah oui mais non, on croit bien faire mais on se trompe car le bio, le vrai ça n’existe pas vraiment et on nourrit une économie douteuse … bref c’est fatiguant d’être culpabilisé même quand on s’applique à bien faire., car au final ça nous donne envie de mériter les critiques qu’on reçoit … autant se commander un burger fabriquer dans les pires conditions sanitaires, avec les pires produits dans les conditions humaines les plus infectes … puisque de toute façon même si on essaie de bien faire on fait mal !

    Bilan …. depuis qu’on a le composteur nos déchets ménagers ont été réduits de 50 % ! Alors oui, peut être que ces bacs en plastiques sont polluants, mais ils sont d’une part bien adapté pour les petits jardin de ville, et offre l’opportunité de réduire les déchets, donc je pense que le bilan est plutôt positif, d’autant qu’une fois en place on ne va pas le changer de si tôt.

    1. Bien vu ! c’est vrai c’est fatiguant ! il faudrait que ce soit fait avec bienveillance parce que je suis toujours contente d’apprendre de nouvelles choses.
      Mais j’en ai un peu marre de me faire sermonner même quand j’essaie de faire bien, à force j’ai plus envie de faire du tout…

    2. Ah oui, le recyclage, le bio, c’est contraignant. Il faut savoir que la perfection n’existe pas, dans quelque domaine que ce soit. La notion de développement durable a TOUJOURS son côté contraire. A l’origine du tri sélectif par exemple, les Allemands ont si bien recyclé leurs cartons, pots de yaourt, bouteilles, etc, qu’il a fallu freiner un peu la chose : la fabrication de produits neufs était en berne… les autorités ont alors revu leur copie et essayé d’harmoniser ces deux dynamiques. Oui c’est contraignant de prendre soin de la planète, ce que nous n’avons pas été habitués à faire! Mais c’est une prise de conscience dont nous ne pouvons pas faire l’économie. A notre niveau, les petits gestes quotidiens sont rassurants : nous agissons. Pour ma part je me passe du bac en plastique ou en bois traité sponsorisé par les communautés de communes…Je pense que ceux en plastique ne doivent pas résister au gel ni au soleil à long terme. Et ils sont moches! J’en ai fabriqué un avec des caisses.(tendance). J’envisage d’en fabriquer un en briques ou en parpaings de récup, en laissant une fente en bas pour la sortie. Bonne réflexion à tous!

    3. il vous aurait pourtant suffi de faire un trou dans votre jardin et d’y mettre votre compost. Et je pense que oui, si on a conscience du mal fait à notre planète depuis des dizaines d’années, il faut tout remettre en question : oui au bio local, et quand on a l’habitude, on le paye pas plus cher que du non local. Ainsi mon kg de pommes bio je le paye 1 euros 85. Et elles sont délicieuses. Et le bio local n’est pas plus cher qu’ailleurs, et sans doute plus frais et meilleur pour la santé. mais c’est un bon début déjà d’avoir une prise de conscience.

    4. Pour ma part j’essai toujours d’être plus catholique que le pape comme ils disent et ce même si a chaque fois qu’un con me dit qu’il ne faut pas être plus catholique que se sataner pape de merde. Je préfère me faire percevoir comme un aliéné avec un égaux plus gros que la planète que de me mentir a moi même. A chaque fois que j’entent quelqu’un qui me dit cette expression de merde a deux balle ca me donne envie de m’arracher les cheveux de la tête. Je préfère courir apprêt les solutions les plus écologique et de peut être jamais vraiment les trouver et de tomber en final dans une dépression sans possibilité de retour que de tout simplement abandonner tout espoir en l’avenir. Alors je serait toujours lui qui achètes ses pommes local bio a 2$/L’unités car je suis tout simplement pas capable d’envisager une autres alternative pour être capable de croire en l’avenir et d’être en harmonie avec mes valeurs et d’être en plus capable de me regarder dans un miroir sans me mentir a moi même et ce même si je suis obliger d’être endetter avec ma carte de crédit pour pouvoir manger mon petit déjeuner. Ca fait dure mais bon ca c’est le mon monde dans le quel je vie.

  9. Bonjour,
    Merci pour ses conseils judicieux concernant le compostage libre et naturel en tas. Cependant je rejoins Nadia, il faudrait voir à ne pas culpabiliser les gens qui font des efforts de recyclage avec leur moyen, car sinon vos démarches écologiques seront contre-productive ! En effet, j’ai eu pendant longtemps un tas de compost à l’air libre avec tous les avantages que cela comporte (limaces et escargots en partie détournées du potager car préférant les déchets frais, hérisson venant faire son marché desdites limaces et d’insecte et se servant des feuilles mortes pour faire son nid hivernale…); mais cela n’a plus été possible après mon déménagement. Je suis maintenant dans une petite résidence et la vue de mon tas de détritus, ne plaisait guère à mes voisins. Je me suis donc résigné à acheter un bac (fabriqué en France avec du plastique recyclé et recyclable) qui est vert foncé et se noie parfaitement à l’angle de mes haies… Donc je le répète, comme le disais si justement Nadia dans son commentaire, les extrêmes ne sont jamais bons, que ce soit en politique, ou en morale… le fait est que ces bacs que vous conspuez, participent grandement au recyclage des déchets d’un grands nombres de personnes qui n’avaient jusque là pas la moindre fibre écologique. En clair l’information que vous donnez est très utiles et très juste, mais peut-être que vous pourriez vous abstenir de jouer les moralisateurs auprès de personnes qui croient bien faire, afin de ne pas les dégoûter de faire des efforts.
    Cordialement, un écologiste amateur modéré 🙂

  10. Bonjour j’ai lu avec beaucoup d’attention vos commentaires.Je suis d’accord avec l’idée du compostage mais tout le monde ne peut pas faire un tas en plein air,donc j’ai 2 bacs en plastique recyclé je les ai mis à mi ombre(de manière a ne pas tuer les insectes et les vers qui pullulent à l’intérieur en les cuisant…).On peut crier au meurtre an parlant des bacs en plastique noir ou vert,mais sont ils aussi laids que ça?Perso je pense que quoi qu’on fasse on fait du tort à la nature,donc autant en faire le moins possible…Quel est le moins pire des maux? Mettre ses déchets verts dans un bac plastique ou les mettre à la poubelle,augmenter les tonnages a enfouir ou à incinérer ce qui implique plus de carburant de consommé,plus de combustible utilisé pour incinérer ou pour les enfouir…Pour info le terreau que l’on achète vient des déchets verts des déchetteries auquel il faut rajouter les tonnes de co2 pour les divers voyages qu’il accomplira avant de finir dans vos jardinières.Donc perso j’ai choisi le moindre mal.On peut au pire me reprocher de blesser la sensiblerie des écolos extrémistes…

  11. Bonjour,

    Fantastique votre échange sur les bacs à compost. Le positif et le négatif en deux clics!! Je me rabats donc définitivement sur le bac que je choisirai judicieusement afin de ne pas engendrer une surpollution. Ca ne me plait pas trop mais vu mon 25m2 de cour exposée au nord entre 4 mur de 8m de haut, et ma famille de 3 ados et 1 adulte que je tente de nourrir de façon équilibrée et raisonnée, la quantité de déchets de cuisine dépasse la moyenne des consommateurs à mon avis. Je viens de faire une recherche sur internet et les modèles me posent tous le même problème : ces bacs ont-ils un fond? car ma cour est « terrassée »en bois, pour partie et en carrelage pour l’autre : donc je ne comprends pas comment cela fonctionne pour ne pas avoir d’épanchement à l’extérieur.
    Quelqu’un saurait-il le type de composteur le plus adapté à mes conditions? (même si je sais que vous aurez du mal à conseiller sur ces horribles produits!!!) Merci d’avance en tout cas. Cordialement,
    Myriam

    1. Les bacs de compost n’ont pas de fond et son posés à même la terre, pour favoriser l’infiltration des vers de terre et autres, vers les déchets.
      Sur une terrasse (ou en appartement) il vous faut un lombricomposteur.

    2. bonjours a tous
      je pratique le compostage chez moi et dans l’établissement ou je travail
      j’utilise plusieurs méthode suivant ce que je veux faire

      1 avec plusieurs bac en bois fabriquer par mes soins avec des matériaux de recup essentiellement.
      chaque bac contient des éléments utile que je mélange pour aider la nature
      le résultat me sert pour les semi

      2 dans mes buttes de culture par semi enfouissement sous mon paillis

      chaque méthodes a son utilité
      notre évolution n’a de sens que si nous cultivons une éthique respectueuse de l’environnement et gardons les racines même moyenâgeuses qui ont une utilité

      a plus

  12. Bonjour,
    Quelles sont vos suggestions pour les citadins qui n’ont pas la chance d’avoir un jardin et qui desirent pourtant composter?
    Merci

    1. il y a des jardins partagés dans toutes les villes où pour une modique somme, vous pouvez cultiver un tout petit lopin de terre. Sinon, c’est vraiment plus problématique c’est sûr lorsqu’on n’a pas de jardin. Demandez à votre mairie s’il n’existe pas une solution.

  13. Bonjour,

    Merci pour votre site ! Je viens de prendre la décision de démarrer un compost dans mon tout petit jardin, et j’ai été assez choquée de voir tous ces composteurs en plastique (payants en magasin ou gratuitement dans ma commune). C’est totalement antinaturel ! Moi qui mange bio, le plus possible, hors de question que mon compost soit pollué par le contact avec le plastique. J’opte donc pour un tas, dans un premier temps. MERCI encore à vous, je vous mets dans « mes favoris » écolos 🙂 A suivre…

  14. Je pense que le propos est vrai! Mais il manque de nuances…. Beaucoup de gens, il est vrai, n’acceptent pas que leur jardin ait un peu de fantaisie, une herbe qui dépasse…. Ces gens-là, en général, jettent leurs déchets, même organiques, à la poubelle. Donc coût important en terme d’argent, de pollution, d’écologie….
    Donc, si, à travers le bac à compost, on arrive à ce que ces personnes compostent au lieu de jeter bêtement, c’est déjà un très grand pas. Si on est extrémiste, on arrive au résultat inverse. De plus, énormément de bacs à compost sont faits avec du plastique recyclé. Et pour quelqu’un qui aime un parterre de fleurs, et qui a un tout tout petit jardin, c’est beaucoup plus acceptable d’avoir un bac que de faire un compost comme vous le décrivez. De plus, je voudrais souligner quelque chose : le compost en tas a des avantages sur le fait d’incorporer directement le déchet à la terre : s’il est bien mené, on atteint une température de 70° qui tue les germes pathogènes et les graines de mauvaises herbes. Ce qui, il est vrai, est difficile à atteindre avec un bac. De plus, toujours s’il est bien mené, le compost en tas permet d’avoir un compost d’excellente qualité en quelques mois. Moi, ça fait des années que je composte, j’ai quatre tas de chacun 4m3, et c’est la première fois qu’un de mes bacs est vide. Je récupère les déchets verts de mes voisins, les broussailles, les feuilles mortes….. et par là, empêche mes voisins de faire à chaque fois le trajet avec leur voiture jusqu’au parc à containers (et de là, les déchets vont encore faire le trajet jusqu’à la plateforme de compostage, pour être une fois de plus transportés sous forme de compost dans d’autres endroits). Il m’est arrivé de récupérer entre 10 et 20 m3 de feuilles mortes…..je m’en sers pour cacher la terre en hiver, pour pailler le pied des haies, et aussi comme réserve pour mélanger aux déchets trop verts riches en azote. Le compost est tout un art, et je pense que tout le monde n’a pas l’envie de faire de gros efforts pour limiter les déchets. Si donc certaines personnes prennent un bac parce que cette solution-là leur permet de faire un pas en avant, moi, je trouve qu’il ne faut pas critiquer. Ouvrir le débat plutôt que le fermer. Et je trouve que tirer à boulets rouges sur les bacs à compost, c’est le fermer. Mais c’est bien de faire réaliser aux gens que, loin d’être la seule alternative, c’est un pis aller qu’on adopte pour s’adapter aux circonstances, à la topographie des lieux, voire parfois à la mobilité des personnes ou au temps dont ils disposent.

  15. Je comprends qu’on puisse pousser la vertu de l’éco-responsabilité jusqu’à jeter l’oprobe sur les matériaux non 100% naturels des composteurs, mais alors que penser des matériaux hautement polluants qui composent les ordinateurs qui nous permettent de discuter ici ? et les moyens de production majoritairement radioactifs de l’électricité que nous consommons à cette occasion ? Je préfère me réjouir qu’une partie (néanmoins infime) d’entre-nous prenne la peine de recycler et revaloriser en circuit on ne peut plus court, des déchets qui finissent habituellement dans les incinérateurs… Bon compostage à tous. 😉

  16. Merci pour votre site, très instructif. N’ayant pas de jardin, j’ai donc renoncé à acheter un bac à composte, et ai commencé à stocker les déchets en tas dans ma cuisine.

    1. Les lombri-composteurs existent, et ça risque de déranger la personne qui a créé ce site car les lombri-composteurs sont en plastique ( le plastique qui pollue tant apparemment et qui tue notre nature ) oui en plastique et à l’intérieur de ses lombri-composteurs, comme son nom l’indique, il n’y aura uniquement exclusivement des lombrics, ou vers de terre.
      Et ces derniers vivent et travaillent à l’intérieur de cet boîte comme s’ils étaient dans la nature, donc arrêtons avec les idées qui critique toutes nouveautés.

    2. La voilà la solution!Directement du jardin à la casserole! Vive le compostage sauvage et anarchique! Juste une question: avez-vous de petits animaux (taupes, sangliers…) dans votre cuisine pour optimiser le processus de recyclage? La mienne n’est pas très grande, je ne peux accueillir que des écureuils ou des mulots du Caucase… Est-ce suffisant?

  17. Si je composte c’est pour réduire nos déchets. Alors le bac en plastique (surtout si c’est du plastique recyclé…) c’est pratique et souvent moins couteux que le bac en bois non traité. Tout le monde n’a pas un grand terrain pour faire un compost en tas, ou des voisins compréhensifs …
    Je trouve que les positions d’ayatollah écolo sont négatives et qu’il vaut mieux composter en bac plastique que pas du tout… A chacun de se faire son opinion, et vive la bienveillance !

  18. Bonjour
    Je suis d’accord sur le fait que l’achat d’un bac plastique n’est pas pertinent…
    Perso, j’avais un compost libre dans mon jardin et je ne m’étais même pas posé la question de faire autrement. ..
    Maintenant, je serai ravie d’avoir vos avis :
    J’habite Paris, j’ai une mini terrasse où je compte faire un compost dans un bac à linge de recup en plastique, il est aéré et cela me semble convenir. Je me questionne toutefois sur le fait que le contenant n’est pas « naturel ». Qu’en pensez vous ?
    Merci !

  19. bonjour,
    j’ai acheté une maison avec jardin il y a quelques mois et trouvé un bac de compost installé par les précédents propriétaires.
    je l’utilise mais j’ai des questions : comme il est alimenta éne permanence, le compost n’est jamais prêt pour l’utiliser : le compost mûr se trouve en-dessous du tas et c’est un peu compliqué de l’utiliser (c’est comme ça qu’on fait ?) ;
    je me suis dit que le bac à compost en plastique permettait de maintenir une certaine « chaleur » nécessaire au compostage : vrai ou faux ?
    j’ai prévu de m’inscrire à une formation compostage qui début sur ma commune en avril ; je vous pose mes questions en attendant…
    sur le fond, je suis d’accord avec le zéro bac et j’y viendrai peut-être, mon bac étant situé sous le couvert d' »arbres » (laurier, noisetier, chèvre-feuille)

    1. Bonjour, il vous faut deux autres bacs : L’un pour stocker vos déchets en attendant qu’il y en ai assez pour démarrer le compostage et un pour stocker le compost mur que vous aurez préalablement tamisé… il ne vous reste plus qu’à gérer vos rotation et le contenu du compost en fonction de vos déchets (besoin d’équilibrer le « brun » et le « vert »)

  20. Bonjour, je travail depuis 3 ans pour une collectivité qui propose gratuitement des composteurs en bois traité et en plastique.
    Le plastique des composteurs provient de plastique que l’on a trié dans les poubelles de tri selectif, qui a ensuite été recycler en composteurs, donc ce plastique pollue donc forcément moins que si on l’avait brulé ou enfoui.
    Ensuite le compostage en tas s’avère être une technique qui demande beaucoup plus de temps pour obtenir du compost, et tout le monde ne possèdent pas un espace vert conséquent pour travailler cet technique.
    Au jour d’aujourd’hui, les composteurs en bois ou plastique permettent de réduire les déchets, donc moins dans la poubelle moins dans l’incinérateur, donc moins de rejets à ce niveaux.
    Tu prends en compte les transports utilisé pour livrer les composteurs, mais il n’y a pas de raison, étant donné que le composteur a pour but la réduction des déchets et pas des émissions de gaz à effet de serre et que tu jettes la pierre à des entreprises FRANCAISE, qui ne cherche qu’à subvenir à leurs besoins en créant des outils pour nous citoyens impliqué dans la réduction des déchets je trouve ça un tantinet scandaleux car je pense que tu fais profiter nombre de grosses industries polluantes en faisant ton plein de carburant à la station, ou pour d’autres choses, disons je ne sais pas l’achat d’un ordinateur, conçut fabriqué à l’étrangers, exporté jusqu’en France tout ça pour mettre sur internet un site visant à convaincre les gens qu’un composteurs n’est pas une bonne idée.

    PS : Le soleil sur les composteurs plastique ne rejettent rien à part accumuler la chaleur du soleil, il n’y a pas d’effets secondaire.

    1. Je suis d’accord avec se que vous avez écrit mais en règle général quand on accélère la décomposition de matière organique ca augmente aussi les émanation de méthane émis par sa décomposition. L’idée des bacs de compostage est de accélérer la décomposition pour avoir un composte plus rapidement mais sans prendre en considération le méthane émis donc dans se sens je croix qu’une décomposition lente dans un environnement bien aérer et a l’air libre dans le potager donnerait moi de méthane émis. Mais de toute façon moi je croix plus au technique de méthanisation et aux procéder de aircarbon comme j’avais écrit dans les commentaires au début a cause en grande partie que avec c’est 2 méthode combiner donne absolument aucun émission de co2 ou de méthane et ca donne quand même en final un résidu qui peut servire de fertilisant écologique en plus de stoker le carbone de l’air de manière plus définitive donc a nettoyer l’atmosphère.

  21. Bonjour,
    J’étais sur le point d’acheter un silo mais je suis tombée sur ce site.
    Que dire des émanations odorantes, j’ai des voisins et m’inquiète cet été pour ce que cela risque de donner bien que mon coin choisi soit à l’ombre par souci d’esthétisme.
    Et je comptais plus ou moins mélanger mon coin poule et mon coin compost. Qu’en pensez vous ?

  22. bonjour à tous,
    et déjà bravo à vous d’être conscient de faire quelque chose avec cette nature que nous mangeons et jettons, même si c’est composté dans du plastique, je reconnais l’effort; j’ai habité 7 ans en appartement au 4e étage à st Denis (93) avec une terrasse et j’avais fabriqué un bac de 80x80x80cm avec des palettes (récupérées sur le trottoir) le tout surélevée d’un bout de palette avec des interstices entre les planches et un couvercle laissant passer l’air;
    il n’y a jamais d’odeur particulière à part celle de l’humus quand je le ‘touillais’ un peu, il s’est rempli en deux ans et j’ai donné le contenu à un maraîché
    il y avait une activité intense d’insectes et un couple de chauve-souris passait les soirs d’été (en pleine ville!)
    je n’y ai mis que des déchets végétaux de cuisine, rien d’origine animal sauf les coquilles d’oeuf,
    merci pour votre blug 😉
    MH

  23. merci pour votre rappel de ce qui s’est toujours fait. Je me souviens, quand j’étais petite, et ça ne date pas d’hier, mon grand père avait au fond de son jardin un tas sur lequel ma grand mère jetait ses déchets végétaux et avec la bonne terre obtenue, on mangeait de très bonnes tomates. J’ai fait de même chez moi, avec comme vous le dites, un petit coup de bêche de temps en temps, iln’y a aucun problème, ni olfactif, ni visuel. Pourquoi dépenser pour acheter une caisse (bois ou plastique) qui de toute façon fera tâche dans le paysage.

  24. J’hésite entre la peine et la pitié.
    Un, deux, voire trois bacs à compost en plastiques permettent de
    gérer intelligemment les déchets ménagers et les déchets
    verts.
    Je ne trouve rien de choquant dans leur vision et c’est beaucoup, beaucoup plus
    facile pour produire rapidement du compost.
    Quand aux sangliers, trouve nous, s’il te plait, des volontaires pour les accueillir dans leur jardin….
    Honnêtement , cette attitude puérile et mesquine te dessert, mais peut être que tu voulais te faire buzzer.
    Dans ce cas Bravo !

  25. J ai fait jusqu’ à aujourd’hui un compost « libre ». Sauf que : Il pleut beaucoup et mon tas ressemble à tout sauf à du compost (sorte de pâte pourrie et visqueuse. Sauf que , aller tous les jours dans la bouillasse pour enfouir mes déchets dans la terre, faut être très motivé. Sauf que, si on fait un seul tas , au moment des semis, y a des déchets qui sont tout frais. Donc je m’étais décidé à acheter un bac à compost. Et voila que je tombe sur votre site. Donc, si vous avez des solutions pour ces difficultés je veux bien continuer. Merci de me conseiller.

  26. Dans une approche écologique, je me suis fabriqué un compost sur base de palette recyclée. Et bien, mon jardin est devenu la résidence de rats. Ils sont chauffés et nourris tout l’hiver. Ils creusent des galeries dans mon jardin et sous mon abri de jardin.

    Je passe donc au bas en plastique, fermé et inaccessible à cette vermine.

  27. Site bourré de fautes d’orthographe et surtout d’informations fausses !!!

    Il existe aujourd’hui des composte fabriqués entièrement en plastique recyclé et biodégradable. Nous sommes au XXI siècle, tout le monde n’a pas la chance de posséder un coin de jardin afin d’y installer son composteur plein air.

    Vous ne donnez pas envie de composter, je conseil donc aux lecteurs de se rediriger vers un autre site plus attractif, ou vous trouverez les conseils adéquates pour vous initier au compostage, en fonction de votre type d’habitation.

    1. Ah ! vous relevez le fait qu’il y a plein de fautes d’orthographe sur ce site mais vous, dans votre commentaire, vous en avez fait au moins trois !

      1. Personnellement, je cherchais des infos sur les composteurs, et ce site remet en perspective qu’il existe des solutions plus simples pour ceux qui ont des grands jardins.
        Le mien étant petit, je vais aviser…
        Merci.

  28. Je dis bonjour à tous et remercie la personne qui pourrait me répondre à cette question!
    J ai un bac à compost à la extérieur devant la maison et aujourd’hui j ai voulu vider mon compost dedans et il était rempli de vers !je vous dis pas ma réaction et celle de mes colocataires !!!affreux !comment les éliminer !merci

    1. Bonsoir.

      C’est pourtant le but du compostage de pouvoir compter sur ces petits ouvriers de la désagrégation des matières compostables?.

      Que voulez vous dire quoi par « rempli de ver » et de quel sorte s’ils ne sont pas des petit vers a compost ou vers de terre qui s’occupent de l’aération?

    2. Un compost ne se vide pas d’un seul coup. On récupère par le bas le compost le plus ancien, donc ne poudre foncée qu’on utilise en temps voulu, on peut aussi la stocker si le terreau est fin et achevé.
      Les vers de terre ce n’est pas ragoûtant je le conçois mais ils font leur travail.
      Ne les éliminez pas, répandez de la terre par dessus, laissez faire les oiseaux qui vous en débarrasseront. (Ou retournez). A mon avis il vaut mieux de petites zones de compostage pour éviter ce désagrément que de grosses, concentrées. Plus on stocke, plus la faune « indésirable » pour l’être civilisé que nos sommes, se reproduit. Donc, modération en tout. Adapter le compostage à ses besoins, à son terrain, à la configuration de son lieu de vie me semble être constructif. Patience et bon courage, Zapf;

    3. C est normal c est le but du com poste !!!! Les vers sont là pour aérer et détérioré tes déchets organique plus tu as des vers plus ta terre sera bonne !!!! Oui c est cela la vraie terre la vie les vers la richesse! !!

  29. Bonsoir.

    Je rejoins le sujet de notre hôte sur la « complexité » du système de compostage aujourd’hui a croire qu’il faut avoir fait des études supérieur pour faire un compost convenable mais sans m’étendre plus sur les désaccord du « bac ou en tas »,car il faut évidemment tenir compte des possibilités de chacun/une sans en arriver a une pensée unique qui briderait la volonté des moins nantis ou moins fournis en mètre-carré.

    Perso j’ai un  » compost tas et un compost fabrication en fut alimentaire « pour jardin moyen (semis/plants)a l’aide d’un bidon plastique alimentaire ouverture totale de 60 Litres.

    Cela pourrait en intéresser plus d’un et je ne suis qu’un petit jardinier amateur qui fait dans la surface modeste mais qui apprécie la « facilité du jardinage » avec des petits combines…tel que mon composteur maison et si vous supportez de me lire un peu plus loin vous verrez a quel point il est pratique pour ne pas être esclave de votre compost voir totalement libre de vous en occupez autre que de le nourrir par vos déchets et autres.

    Matériel:

    Un fut de 60 litre alimentaire propre évidemment .
    Perceuse-visseuse pour trous d’aération.

    Quelques perçage sur le fond et couvercle de Diamètre 10 au contour et une ouverture de 15×20 cm pour passer déchets ménagers/Pailles/Tontes…etc .

    Deux avantages pour ne pas dire l’important concernant ce « fut de compostage ».

    Vous le posez a l’horizontal et ils vous suffit de le faire rouler pour déplacer le compost et le placer cul par dessus tète de temps a autre afin d’accéléré sa décomposition,soit une ou deux fois dans le mois ou simplement quand vous rajouter.

    Pour cela,j’ai rajouter sur son périmètre a distance égale 4 tasseau de 30×30 vissée a l’intérieur qui me permettent de tirer le bac pour son roulement mélangeur occasionnel.

    Ensuite autre avantages et pas des moindres non plus,l’humidité constante a chaque fois que je l’ouvre et si j’arrose pour la forme ou par principe en été ,jamais je ne l’ai vu sécher ni trempé car la température reste constante.

    Au fil du temps ,j’ai assisté a l’émergence des petit vers de compost qui travaillent a l’obtention d’un compost de couleur très sombre et de consistance semi-molle que je mélange en partis a ma terre et que j’utilise pour les semis et plantations.

    Bien sur certains diront que les matières n’ont pas contact avec le sol mais …et alors!

    Le compost commence avec des déchets ménagers,paille ou feuilles sèches ,tonte de pelouse,un peu de terre etc…et sa désagrégation dans ce fut fermé avec trous d’air et son humidité constante fera le reste.

    Ensuite,il vous suffira de mélanger une partie a votre terre et d’en laisser suffisamment pour la continuité d’un compost quotidien.

    A signaler que je n’utilise pas d’activateurs pour le fut.

    Bonsoir et bonne continuation.

    1. Bonjour, merci d’avoir partagé votre astuce. J’ai moi aussi un tout petit jardin en ville, et je teste le compost dans 4 bacs à linge en plastique, dissimulés dans une grosse « caisse » en planches avec couvercle en planches également. Je viens de finir de remplir le deuxième ; le premier s’est tassé, il est passé de plein à 3/4 🙂
      Le problème vient des moucherons qui pullulent, j’ai peur que ça devienne insupportable avec la chaleur qui arrive. J’ai lu qu’il fallait ajouter de la matière sèche, je vais essayer d’y mettre de la sciure ou des copeaux de bois venant de la scierie voisine. mais la matière humide sera toujours accessible par les trous sur les côtés du bac…

      1. Bonjour Aurore et perso,je ne souffre pas de moucherons ni vraiment près de mon compost qui se trouve a 25 mètres de la maison.

        Si vous mettez matiere sèche et humide proportionnellement en évitant le plein soleil…pas de soucis normalement.

        Cordialement.

    2. Bonsoir,

      Votre commentaire est très intéressant et j’aimerai bien pouvoir faire de même!
      Désolée de vouloir vous plagier! ^^
      Je commence tout juste à me renseigner sur le compostage et c’est mon mari le bricoleur… auriez-vous quelques photos à nous faire partager svp? Histoire que mon mari puisse réaliser ce composteur…
      Merci bcp de votre écoute,
      Bonne fin de soirée,
      C. RAMBAUD

      1. Bonjour a vous C.Rambaud et désolé du retard car je n’imaginai pas que mon com serait suivi d’effet si c’est bien votre cas et merci a notre hôte de pouvoir y répondre.

        Concernant les photos je me ferai un plaisir de vous les envoyer via ce site si notre hôte le permet, mais voila,je suis nul en informatique et je ne sais comment faire.

        Peut être quelqu’un pourra me renseigner suite a des photos numériques que j’ai faite avec une carte SD copier /collé sur mon ordi.

        Cordialement.

  30. Mon commentaire n’est pas passé et je m’en étonne… car je ne pense pas avoir été désobligeant un seul instant  ?

    Bonne continuation a ce blog.

  31. way ben viens en campagne nous mettre des déchets direct sous terre 🙂 et les sangliers vont venir détruire ton potager ! 🙂 Gros malin 🙂 … ( sinon le reste bac en plastique etc.. j adhère aussi )

  32. Bonjour!

    En ce qui me concerne j’ai toujours fait un compost libre dans mon jardin. Cependant je viens de me rendre compte que mon chien adore aller y faire un tour pour un petit encas…

    Quelle solution pour « parquer » le compost sans pour autant utiliser un bac à compost en plastique ou en bois traité?

    Merci de vos retours!

    1. Bonjour

      Encercler le d’un petit grillage.

      Ou mettre une bâche dessus conservant une humidité qui profitera a la dégradation du compost en été avec quelques arrosage occasionnel et qui a pour but aussi de protéger votre compost hors saison estivale d’une sur- humidité et d’un lavement supérieur du compost causé par la pluie.
      Le mieux dans un magasin de bricolage est aussi de trouver une bâche compostable micro-perforée.

      Perso,mon tas de compost extérieur se trouve dans un trou au contour béton pour l’heure et la bâche que j’utilise est une bâche simple polyuréthane de 3×2 Mètres.

      Sinon,si possible éviter les matières animales qui attirent le toutou voir les rats en campagne.

      Cordialement.

  33. Bon, pour les déchets de cuisine quand on possède un jardin, il existe aussi une autre solution que le bac à compost : la poule ! Mais, problème, le poulailler : en bois traité, ou en plastique ???

  34. Bonjour
    Je suis tt à fait d’accord.
    Perso j’entasse mes déchets d’épluchures légumes et autres coquilles d’œufs dans un petit coin isolé de mon jardin, je recouvre systématiquement de qq pelletés de terre et après qq mois, j’ai un magnifique compost. Je fais cela depuis des années.
    Il y a cinq ans, j’ai décompacté toute une pelouse de 100 m2 et ai entassé le tout à mesure, à l’envers. L’année suivante, un superbe terreau m’était offert.

  35. moi, j’habite en ville et j’ai un petit jardin. j’ai opté pour le tas mais pour qu’il ne soit pas visible par les voisins, je l’ai enterré. en gros, j’ai creusé un trou, j’ai coulé du béton sur les côtés, pas dans le fond, et j’y jette mes déchets à l’air libre : en contact direct avec la terre et arrosé par la pluie. impeccable !

    1. Bonjour et bien vu car mon tas de compost hors bidon composteur se trouve aussi en profondeur (50 cm) avec un pourtour béton bien propret extérieurement.

      Pour l’heure recouvert d’une bâche dévoilée sur le pied du tas de compost.

      Cordialement.

  36. Non mais sérieusement. On tombe dans de l’extrémisme, c’est assez pathétique. Et puis bien sur ça sert à rien de nuancer.
    « Ct mieu avan lol o moyen age ct plu rigolo on respekté + la natur lol »
    Je suis une jeune étudiante sur Lyon, et quand je cuisine ça me rend malade de jeter toutes ces épluchures, alors je cherche un composteur et il pourrait bien être fait de n’importe quel plastique peu m’importe, au moins son utilisation sera bénéfique.
    Vous croyez sérieusement que votre ordi est fait en matière biodégradable ?

  37. j’ai fabriqué mon petit coin compost avec des petites plaques de bétons de 40cm de haut envriron ,j’ai fait un carré de 2mx2m environ je met tout les restes dedans et de temps en temps je met un peut de terre dedans que je mélange avec mon compost et c’est parfait.

  38. Bonjour,

    Le bac à compost n’est pas inutile quand vous avez des animaux, notamment des chiens qui préfèrent creuser le compost plutôt que manger leur gamelle.

    Chacun fait comme il peut, alors oui le bac en plastique, c’est la facilité mais je préfère des millions de gens qui choisissent la facilité plutôt que ces mêmes gens qui mettraient encore plus de sacs poubelles en plastiques dans leurs containers s’ils n’avaient pas ce genre de compost. Et quand on connait l’impact sur les océans des sacs plastiques…Je suis écolo mais raisonné, je préfère des solutions « moins mal » surlesquelles les gens adhèrent facilement plutôt que des solutions autoritaires, culpabilisantes comme vous le faites dans votre article et qui donnent envie de tout sauf d’adhérer à votre philosophie qui me semble plus dévastatrice pour l’environnement que le bac à compost en plastique. Si je n’étais pas écolo et que je tombait sur votre article, j’aurais encore moins envie de le devenir.

    Quand les écolos extrémistes (et extrémistes de tous poils d’ailleurs) comprendrons que l’extrémisme fait bien plus de tort à leur propre philosophie que la pédagogie et l’acceptation que tout ne peut pas être parfait, alors notre monde n’en sortira que grandi. C’est l’esprit obtu et jugeant tel que vous le faites qui laisse les gens chacun dans leurs certitudes et qui ne font pas avancer les choses.

    Bref, les bacs compost plastiques permet certainement d’éviter le rejets de millions de sacs poubelles plastiques, alors non ce n’est pas l’idéal mais c’est toujours mieux et ce n’est pas un crime….

  39. Bonjour,

    En ville :
    Bac = gain de place + moins d’impact visuel voir odorifère pour les voisins + stockage du compost mur et rotation entre frais/en décomposition/mature plus facile.

    Par exemple mon potager est sous la fenêtre du salon, et presque sous les fenêtres de mes voisins, heureusement que je balance pas mes déchets de cuisine directement dedans… et quand bien même , certaines cultures ne supporte pas la matière organique en cours de décomposition…

    Enfin, on n’enterre jamais la MO fraiche sous peine de générer de la putréfaction et des odeurs ! donc à moins d’avoir un sol déjà hyper bien aéré jusque loin en profondeur, votre technique ne fonctionne pas, il faut un site dédié au compostage en tas, en andain ou en bac, c’est selon le CONTEXTE de chacun, pas la peine de s’énerver sur un truc utile pour certains bien qu’il est vrai, très « markété »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *