Compostage des restes de repas : la vérité sur les épices

mayo1 Vous compostiez depuis toujours vos restes de repas et voilà qu’un ami, un voisin, un être humain sûrement, vous saute dessus en vociférant :

« Quoooooi ? Tu compostes tous tes restes de repas alors qu’ils contiennent huiles visqueuses, vinaigre corrosif, poivre urticant et j’en passe et des plus caustiques ? N’as tu donc aucune pitié pour les micro organismes de ton compost ?? »

Rassurez vous, vous aviez bien raison de composter ainsi. Ceux qui font le plus de bruits sont souvent les plus ignorants.

Que composter de ce qui reste dans nos assiettes?

Mais tout bien sûr !!

cheveu soupe2Quand l’être humain consommera des morceaux de plastiques, des tranches d’aluminium ou de l’huile de vidange, nous verrons. Mais pour l’heure, TOUT ce que nous cuisinons et qui se retrouve dans nos assiettes est compostable. Aussi dur que cela soit, aussi indigeste que cela semble être.

Effectivement, il ne faut pas s’imaginer manger cela à la place d’un ver de terre ou d’une collembole, ni le consommer pur. Le principe d’un tas de compost est de pouvoir absorber une très large quantité de déchets organiques, aussi diversifiés soient ils.

Et le gros avantage d’un tas est d’offrir une dilution suffisantes aux produits jetés pour ne créer aucun soucis pour la faune du compost !

De l’huile, des épices, du vinaigre… OUI !

Non, un ver de terre ne va pas ingurgiter, seul, un grand verre d’huile ou une cuillerée à soupe de piment. Peut être même que la pauvre Lule qui se trouvera juste au dessus du tas quand vous jetterez les restes de votre assiette sur le tas va en trépasser.

Mais c’est LE CYCLE DE LA VIE !

vinaigre1Un milieu comme le tas de compost est en perpétuel recherche d’un équilibre.  Quand vous lui apporterez un peu plus d’huile ou de piment, les organismes les moins sensibles vont se charger de mélanger ces apports récents avec les autres déchets organiques, DILUANT ainsi les produits et les rendant accessibles à tous.

Utilité des déchets longs à se décomposer

os dinoDe nombreuses études montrent le lien direct entre la présence de produits longs à décomposer (coquilles d’œufs, de fruits secs, os, arêtes) et la capacité du tas de compost à absorber des produits pimentés, salés ou huileux.  En effet, ces déchets résistants permettent une grande aération du compost et donc un écoulement des liquides pimentés vers le fond du tas, liquides qui deviennent ainsi de moins en moins concentrés au fil de leur descente.

Les Mexicains ont dont intérêt à jeter des fruits secs dans leur tas de compost s’ils veulent continuer à consommer pimentés !

Utilité de la Macro faune.

ecureuilPour terminer sur une note animale, la communauté scientifique a également remarqué la grande utilité des rongeurs dans la dilution des restes de repas trop salés dans le compost. En effet, les gros animaux (rongeurs, serpents, autres mammifères) sont largement moins sensibles aux aliments salés, pimentés et assimilés et vont, par leur passage brasser les aliments et permettre une totale assimilation de ses produits dans le tas.

Ne soyez donc pas trop prompt à vouloir les éradiquer !

Les épices ne sont pas du tout un problème pour le compost et ceux qui vous disent le contraire ont des lombricomposteurs !

 

3 réflexions au sujet de « Compostage des restes de repas : la vérité sur les épices »

  1. Un tout grand merci pour cet article et pour tous les autres de votre site. Je débute dans la pratique du compost (j’ai un jardin depuis quelques semaines) et justement je me posais plein de question quant à ce que je peux composter ou non…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *