Fierté et compostage « Je composte librement et j’en suis fier »

Bonjour à tous. Je veux vous parler de la fierté de faire du compostage, d’autant plus s’il est libre. En effet par les temps qu’il court il est de plus en plus risquer de pratiquer des activités dites « libres ». J’entends par libre des action qui ne dépende par de supérieurs ni de maitres, encore moins de patrons ni d’élus.

Composter c’est de la liberté

addiction4On aura beau critiquer le compostage, il n’empêche que c’est une activité de personnes saines d’esprit. Pourquoi ? Parce que le compostage et la gestion autonome des déchets font appel à ce que nous sommes au plus profond de nous : des êtres libre.

On ne va pas demander à l’oiseau de chier plus loin !

Tel  un oiseau qui chie la ou il a envie, le composteur doit tendre à jeter ses déchets au plus près de son point de vie. Cela peut paraitre barbare, pourtant c’est ce que tous nos ancêtres ont du faire depuis des milliers d’années. Vous avez honte ? Tant pis pour vous car moi je suis fier de porter l’étiquette de mon espèce.

Notre génome est sale ?

Rougir pour une activité qui nous définit c’est remettre même le génome qui nous compose devant la justice. Nous sommes fait comme cela et nous mourrons comme cela. Il n’y a rien d’autre à chercher que l’équilibre tel que Dieu nous a conçu pour. Le compostage libre en fait partie. Je suis fier  d’être parmi ceux qui sont encore éveillé et relié.

Une réflexion au sujet de « Fierté et compostage « Je composte librement et j’en suis fier » »

  1. Depuis quelques semaines maintenant, j’ai décidé de faire du « compostage sauvage ». J’en avais assez de jeter à la poubelle des matières organiques, mais je n’avais pas non plus envie d’ACHETER un bac à compost (pas non plus envie de commencer un tas de compost dans notre petite cour…). J’habite à la campagne et j’ai la chance d’avoir des bois un peu partout pas loin de chez nous. Quand j’allais vider mes poubelles de recyclables je faisais donc un petit crochet par la forêt et déposais mes matières à composter, en les recouvrant vite fait de feuilles. J’étais très contente de réduire le volume de mes ordures ménagères. Mais un jour j’ai eu la mauvaise surprise de voir des panneaux interdisant le dépôt d’ordures précisément là où je mettais mes déchets organiques… évidemment je l’ai pris pour moi… du coup j’ai choisi un autre endroit car je pense néanmoins que c’est une bonne idée… Est-ce que je me trompe ? Pourrais-je aller plus loin et déposer même des brosses à dents en bois, des cotons-tiges en carton, tout en rendant le tas discret pour les promeneurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *