Grenoble en avant pour la médaille du compostage

Grenoble, ville la plus plate de France, ne devrait pas avoir de soucis pour accueillir de nouveaux composts. Et en nombre ! Car Grenoble (et son agglomération), il faut le rappeler, c’est plus de 500 000 personnes. Autant de gens qui pourraient, avec du temps, de l’espace et de la motivation, s’impliquer dans le retraitement des déchets. Mais pas besoin d’aller loin pour retraiter. 30% des détritus dans nos poubelles le sont.

La Métro, prête à répondre à toutes vos questions

grenoble2La Métro de Grenoble est prête à aider toute personne ayant la volonté d’installer un compost ou site de compostage à Grenoble et dans les villes voisines. Elle offre des formations Guide Composteur tout au long de l’année. Ces formations sont gratuites et déroulent à la salle Forum de Pôle Sud, patinoire d’agglomération, avenue d’Innsbruck.

Elles s’adressent aux habitants de Grenoble pour qu’ils deviennent autonomes dans l’entretien de leur compost. La formation a aussi pour but que ces personnes deviennent des « prêcheurs de la bonne parole compostée » autour d’eux afin qu’ils communiquent leurs savoirs et incitent d’autres gens à composter.

Inscriptions et renseignements :
N° vert de la Métro : 0 800 500 027 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h (Attention : inscription obligatoire. Formation limitée à 15 participants par session).

30% des détritus dans nos poubelles sont compostables

grenoble1Mais si je vis dans un appartement, comment faire ? Je vous renvoie de suite à la page sur le compostage en balcon. Car le compostage peut se faire « hors-sol », un peu comme l’élevage ou la culture, mais offre plus de contraintes. Le plus simple, mais aussi moins esthétique, si on peut parler de beauté, et de composter en tas.

Un compromis intéressant si on a un jardin, ou un accès à 5m² de sol, est d’installer un bac à compost. Grenoble Alpes Métropole en vend pour 15€ à 25€. Le plus enrichissant est encore de le fabriquer maison. Pour aller plus loin, des formations sont proposées périodiquement dans le but de devenir Guide Composteur. Guide qui sera l’intermédiaire entre la collectivité et les utilisateurs des bacs (si dans un lieu commun). Il veillera alors à la bonne décomposition des déchets et à l’obtention d’un compost de qualité.

Etienne Egaud, professeur en compostage vous aidera

grenoble3Pour rédiger cette article, nous avons eu la chance de rencontrer le Pr Etienne Egaud. Rencontré dans un bistrot près de l’Hotel de ville de Grenoble, Etienne est un passionné de la terre. Ayant fait des études à Bordeaux dans l’agrochimie végétale, il a ensuite parcouru le monde avec l’Association Composteur Sans Frontière. Depuis son retour en 1998, Etienne consacre tout son temps à sa passion : le compost.

Installé près de Grenoble en 2006, Etienne fait la promotion du compost à toute occasion. Ses principaux chevaux de bataille sont la qualité de la terre qui se minéralise chaque année un peu plus en France, le manque d’implication des français dans le recyclage et la destruction des forêts.

« A Grenoble, seulement 2% des habitants compostent. C’est peu et cela m’agace au plus haut point. Hier j’ai rencontré un habitant de Eybens qui se plaignait de ses voisins qui, dès la première tonte du gazon, partent directement à la déchèterie. Quel scandale ! Un kilo de gazon, c’est 800gr d’eau H²0 et 200gr de matière carbonée C². Une tonte à la déchèt’ c’est incinérer des litres et des litres d’eau. »

Les touristes grenoblois, anti-compost

Un récent sondage fait par l’institut IFRAPP a dévoilé que les touristes de passages à Grenoble ne compostent pas (0.9% d’entre eux disent l’avoir fait en vacances). Pire, ils déclarent à 67% que leur volonté est qu’on ne les embête pas avec ça pendant leur période de repos. La conclusion que nous pouvons tirer de ce sondage effectué en 2010 est que les touristes sont anti-compost. Cela est bien triste et heureusement que des associations comme Activ’Compost38 militent activement pour la promotion du compost pour les résidents.

Rappel

Et pour finir, un petit rappel :

  • 600 000 000 tonnes, c’est le poids de nos déchets en France
  • 400 000 000 tonnes, c’est le poids de nos déchets organiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *